Blog Post

HomeNewsActualités24 Heures de Spa: la Grande Aventure 2013 d’Hexis Racing

24 Heures de Spa: la Grande Aventure 2013 d’Hexis Racing

Posted 18 Juil, 2013 by in Actualités0
24 Heures de Spa: la Grande Aventure 2013 d’Hexis Racing

Ces trois dernières saisons, la grande aventure d’Hexis Racing fut celle du championnat du Monde FIA GT1. De l’Europe à la Chine, de l’Argentine à la Russie et du Brésil à Abou Dhabi, l’équipe française a remporté le titre suprême entre deux trophées de vice-champion du Monde. Elle s’est fixée pour objectif prioritaire en cette année 2013 de briller aux 24 Heures de Spa, et ne manque pas d’arguments pour relever le défi lancé aux valeurs établies de l’endurance GT : des pilotes de talent, le soutien de McLaren GT, d’excellents résultats en Blancpain Endurance Series… et une première experience dans la classique belge qui avait bien failli s’achever sur le podium en 2011 !

Les programmes mis en place cette saison sont en cohérence totale avec cette stratégie. Hexis participe en effet à un championnat «Pro», la Blancpain Endurance Series, dont les 24 Heures de Spa constituent l’épreuve phare. Elle est aussi impliquée dans le championnat de France FFSA GT, basé sur la formule «Pro-Am». A Francorchamps, elle engagera donc une de ses McLaren MP4-12C GT3 (#7) en Pro Cup avec son habituel équipage composé de Stef Dusseldorp ainsi que des pilotes officiels McLaren GT Alvaro Parente et Alexander Sims. La deuxième voiture (#107) évoluera en Pro-Am Cup avec Olivier Panis, Laurent Cazenave et Eric Debard, soit trois des quatre pilotes qui disputent le championnat de France, renforcés par le jeune Côme Ledogar.

Philippe Dumas nous confie ses impressions à une semaine de l’ouverture des hostilités : «J’ai un sentiment étrange avant cette course. Je suis partagé entre la pression de l’événement, l’envie/obligation de bien faire et d’un autre coté, on prépare cette course avec tellement de soin que j’ai une grande confiance en nous et dans la probabilité de faire un grand résultat. Cette épreuve devient au fil des années la plus grande course d’endurance GT au monde. Même si nous avons déjà inscrit quelques belles lignes à notre palmarès, celle-ci serait sans aucun doute une des plus prestigieuses avant de possibles bouleversements au sein de notre structure Hexis Racing dans un futur proche. Donc, oui, nous participerons aux 24h de Spa 2013 pour gagner. Pour gagner ensemble, avec nos pilotes, nos mécaniciens, nos ingénieurs, notre staff d’encadrement technique, logistique, avec McLaren GT et pour McLaren GT.»

La course pourra être suivie en live sur Motors TV et les « highlights » seront diffusés sur Eurosport.

7 questions pour 7 pilotes

L’équipe Hexis Racing est-elle capable de gagner les 24 Heures de Spa ?
Alvaro Parente (McLaren MP4-12C GT3 n°7 / Pro Cup, 2ème participation aux 24 Heures de Spa) : «Je crois qu’Hexis est tout à fait capable de faire le job et je suis sûr de notre grande motivation. Croisons les doigts pour que tout se passe bien, en tout cas nous serons forts !»

Quels seront vos adversaires les plus redoutables?
Alexander Sims (McLaren n°7 / Pro Cup, 1ère participation aux 24 Heures de Spa) : «En regardant les premières courses de la Blancpain endurance Series, on se rend compte que la compétition est féroce. Parmi les concurrents réguliers, les Audi WRT et Phoenix, la Ferrari Kessel, les BMW Marc VDS, la Nissan JRM, les McLaren ART et Gulf seront probablement de redoutables adversaires à Spa. Mais il faudra compter avec d’autres concurrents qui viennent renforcer le plateau pour l’occasion, ce qui ajoute à la difficulté d’émettre un pronostic. Je pense notamment que Bruno Senna et ses équipiers dans la McLaren Von Ryan seront dans le coup !»

La McLaren MP4-12C GT3 a-t-elle les qualités nécessaires pour viser la victoire à Spa ?
Stef Dusseldorp (McLaren n°7 / Pro Cup, 3ème participation aux 24 Heures de Spa) : «Hexis et McLaren ont fait tout leur possible pour préparer au mieux cette course. Nous avons montré au Paul Ricard que la voiture était performante et je pense que le circuit de Spa lui conviendra bien. Avec mes excellents équipiers et le meilleur team, je suis sûr que nous avons une chance de gagner !»

Dans une telle course, quels sont les principaux pièges à éviter ?
Olivier Panis (McLaren MP4-12C GT3 n°107 / Pro-Am Cup, 3ème participation aux 24 Heures de Spa) : «La clé du résultat sera le trafic car nous serons 70 en piste. Il faudra être vigilant et bien anticiper. On peut gagner une seconde au tour mais aussi perdre une demi-heure au stand ! Il est également important de bien s’alimenter et de se reposer. Comme au Mans, la semaine est longue et fatigante. Les six dernières heures de course sont très dures physiquement et mentalement.»

Qu’est-ce qui rend cette course magique à vos yeux ?
Côme Ledogar (McLaren n°107 / Pro-Am Cup, 1ère participation aux 24 Heures de Spa) : «Le circuit est magique, c’est certain, et il m’a en général plutôt bien réussi. Je suis aussi émerveillé par toutes les marques d’exception qui seront au départ et le niveau des pilotes engagés. Merci à Hexis Racing et aux pilotes de la 107 de me faire confiance !»

Est-il plus difficile de gagner la course ou la catégorie Pro-Am ?
Laurent Cazenave (McLaren n°107 / Pro-Am Cup, 1ère participation aux 24 Heures de Spa) : «Je pense qu’il sera très dur de gagner cette course dans les deux catégories. Chez les pros, on trouve de nombreux pilotes d’usine, même Porsche s’y met ! Dans cette catégorie, tout se jouera dans un sprint effréné. En Pro-Am, les pilotes « Platine » et « Or » sont du même niveau qu’en Pro Cup, les « amateurs » sont de plus en plus rapides et aguerris et en plus de la qualité, nous aurons la quantité. La bagarre sera donc aussi intense que pour la victoire absolue, et je ne serais pas étonné qu’avec un tel rythme, il y ait plus d’abandons que d’habitude.»

Quel souvenir marquant gardez-vous de vos précédentes participations ?
Eric Debard (McLaren n°107 / Pro-Am Cup, 3ème participation aux 24 Heures de Spa) : « En 2012, à environ trois quarts d’heure de l’arrivée, nous nous dirigions vers le podium Pro-Am. Olivier [Panis] était au volant derrière le safety-car et moi dans le stand avec le casque radio sur les oreilles. Soudain, je l’ai entendu dire qu’il ne pouvait plus passer les vitesses ! Je me suis dit que c’était fini, qu’on allait tout perdre si près du but… Un ingénieur est alors intervenu, il a dit à Olivier « recheck, recheck! », la voiture s’est remise à fonctionner et on a eu notre podium! »

Leave a Reply